Antoinette Fouque, la mort d'une pionnière de l'émancipation féminine - Idées - Télérama.fr

Antoinette fouque, la mort d'une pionnière de l'émancipation féminine - idées - télérama.fr

Antoinette Fouque la femme du soldat inconnu est plus inconnue que lui. C'est la phrase écrite sur une banderole qu'elle brandit durant une manifestation du MLF à Paris.

Théoricienne et écrivain

Antoinette Fouque n'est pas en phase avec l'existentialisme défendu par Simone de Beauvoir. La théoricienne déteste les "-isme", qui font penser à une idéologie. Elle fait dès lors naître le mot "féminologie". Logiquement, l'auteure a prêté sa plume à plusieurs ouvrages collectifs tels que "Génération MLF 1968-2008" ou "Mémoire de femme 1974-2004". Antoinette Fouque fait la lumière sur la féminologie dans les pages de plusieurs essais.

Diplômée d’études supérieures de Lettres, Antoinette Fouque a travaillé dans l'enseignement. A la fin des années 60, la jeune femme fait la connaissance de Jacques Lacan. C’est au début de la décennie 1970 qu’Antoinette Fouque s'associe à une UV illicite sur la sexualité féminine aux côtés de Luce Irigaray, psychanaliste féministe.

Plus que jamais active, l'AFD créée par Antoinette Fouque se positionne à gauche. L’Alliance des Femmes pour la Démocratie est une structure lancée par la militante au moment des 200 ans de la déclaration des droits de l’homme, en 1989. Membre la commission des droits de la femme à Strasbourg, Antoinette Fouque est élue vice-présidente.

Dans l'optique de prévenir un détournement par les partis, le MLF a vu son nom déposé. Antoinette Fouque quitte le MLF au moment de son départ pour les Etats-Unis au début de la décennie 80. Le MLF est alors victime de querelles intestines et a de moins en moins d'activistes. Avec d’autres militantes, Antoinette Fouque enregistre le MLF comme une association loi 1901, à la fin des années 70. Elle a fondé le Mouvement de Libération des Femmes avec l'appui d'autres militantes.

Enfance et jeunesse d’Antoinette Fouque

Antoinette Fouque a de qui tenir puisque son père était un militant syndicaliste. La cité phocéenne a vu naître cette grande militante en 1936. Antoinette Fouque se retrouve confrontée aux complications qu’une femme rencontre quand elle assume ses rôles de femme et de mère tout en exerçant un métier en même temps quand elle devient maman dans les années soixante.